Plus d’un million d’étudiants ont bénéficié d’une bourse Copernicus cette année

0
192
drawing traveling concept

Moreno Zimmaro, le ministre européen de l’Education, était très ému durant sa conférence de presse. Le projet d’échange entre étudiants européens a dépassé toutes les prévisions.

« C’est un vieux rêve qui est devenu réalité » a déclaré le célèbre intellectuel italien, qui avait accepté l’année dernière de rejoindre l’équipe gouvernementale européenne pour prendre la tête du difficile ministère de l’éducation. « Les budgets que nous avions alloués à l’éducation n’avaient pas de précédent car Copernicus, qui a remplacé Erasmus +, dispose d’un fonds de 60 milliards d’euros par an » a indiqué le ministre. Le pari était osé et l’opposition avait dénoncé un plan-désastre et un gouffre financier. Grâce aux économies d’échelle réalisées par la fédéralisation des compétences et l’abaissement des coûts consécutif à la mutualisation des dettes souveraines, le gouvernement européen a pu massivement investir dans l’éducation et financer son très ambitieux plan Copernicus. Encore fallait-il savoir si l’accroissement de la bourse mensuelle de 300 %, passant de 400 à 1.200 euros en moyenne, destiné à permette aux étudiants de conditions modestes de participer eux aussi au programme d’échanges, allait attirer plus de jeunes.  L’afflux massif des demandes a répondu à cette interrogation et démontré que les étudiants ont pleinement conscience de l’importance de la mobilité et de la formation dans d’autres pays membres de la Fédération européenne pour leur future carrière professionnelle.  « J’ai consacré toute ma vie à l’enseignement. Et je suis non seulement ravi de constater l’engouement des étudiants pour la formation internationale mais je suis convaincu que grâce à elle,  la culture, la qualité de la formation professionnelle et la recherche européennes préparent un nouvel âge d’or alors que depuis plusieurs années, leur déclin semblait irrémédiable » a conclu le ministre, avec un accent de sincérité qui n’a échappé à personne. Preuve supplémentaire de l’attachement personnel de cet homme au projet du président Forsythe, ayant souhaité le nommer « Copernicus », en hommage au magnifique programme européen homonyme d’observation de la Terre.

 

Q.K.

 

Lire aussi:

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here