« Nana Onassis », manager européenne de l’année

1
6248
SONY DSC

Tout le monde connaît à Athènes Loúka Koundouriotis, affectueusement surnommée « Nana Onassis ». Cette ancienne chômeuse a réussi en quelques années à faire de son enseigne Ianthe, l’un des fleurons de la restauration européenne de qualité à prix réduit. Une jeune femme qui n’a pas oublié ses origines modestes et dont la conscience citoyenne n’a pas fini de nous étonner.

Louka Koundouriotis, surnommée « Nana Onassis »

Les clients du premier restaurant qu’elle a lancé au plus fort de la crise grecque dans un quartier populaire d’Athènes la connaissent bien. « Elle a toujours été une jeune femme adorablement gentille », se souvient Yannis, un habitué de l’enseigne Ianthe, aujourd’hui célèbre au quatre coins de l’Europe. Et de poursuivre : « Je me souviens de sa maman, qui était parfois aux fourneaux, se disant très inquiète pour son avenir. Quand le programme européen de formation Copernicus a été lancé, elle a suivi des cours de management, ou quelque chose du genre, tout en continuant à travailler ».

C’est vrai qu’elle est courageuse, la jeune chef d’entreprise qui se voit aujourd’hui couronnée « manager européenne de l’année ». En 2010, alors qu’elle ne trouve pas d’emploi comme jeune cuisinière diplômée, elle mise toutes ses économies sur le rachat d’un petit restaurant de quartier au bord de la faillite. Après quelques transformations, elle a l’idée d’y inviter chaque année Nana Mouskouri pour apporter un peu d’espoir à sa clientèle désœuvrée. Forte de ce premier événement, elle a bénéficié la deuxième année d’une forte couverture médiatique, qui lui a permis d’obtenir un crédit pour ouvrir un deuxième restaurant, proposant une cuisine gourmande à prix démocratique. Séduite par l’aplomb de la jeune femme, la célèbre agence de publicité Eole a décidé de soutenir son effort et de communiquer massivement autour de sa personne, à la fois au fourneau avec sa maman et devant son ordinateur pour suivre les cours en ligne de l’Ecole des Hautes Etudes de Commerce de Londres, où elle se rendait deux week-ends par mois grâce à sa bourse Copernicus.

Tout en continuant à développer Ianthe, elle s’est entourée de conseillers seniors que la crise avait lourdement pénalisés en raison de leur âge, les clouant sur les bancs du chômage en dépit de leur expérience. « Nana Onassis » leur a alors proposé de s’investir pleinement dans le développement de son projet en les associant aux profits qu’il pourrait générer. Grâce à leur savoir-faire et au tempérament de leur « boss », lanthe s’est rapidement développée, devenant un véritable phénomène de société en Grèce, symbolisant une économie plus solidaire, soutenue par une Europe fédérale beaucoup plus proche du citoyen.

Aujourd’hui, Ianthe ouvre son quarantième restaurant à Berlin. « C’était très important pour moi d’être présente dans le reste de l’Europe car c’est grâce à l’Europe que j’ai pu me former et construire un avenir, non seulement pour moi mais aussi pour toutes les personnes qui participent au développement de Ianthe. Je voulais faire partager ce succès à nos amis européens qui ont beaucoup contribué au redressement économique de la Grèce depuis la création de la Fédération européenne, et en particulier, depuis l’arrivée de l’équipe Forsythe aux affaires. Si la réussite de Ianthe me permet d’offrir du travail à Berlin, Dublin, Bruxelles ou Madrid, ce n’est rien de plus qu’un juste retour des choses  ». La jeune femme, âgée de 34 ans, est déconcertante par sa modestie. Elle revient toujours une fois par semaine servir les clients de son premier restaurant, qui ce jour-là offre un repas gratuit aux plus démunis. « Nana, il en faudrait de centaines comme elle », renchérit Yannis. Grâce aux bénéfices dégagés par son activité, la manager européenne de l’année vient de créer une fondation consacrée à la réinsertion professionnelle, qui travaillera en étroite collaboration avec le ministère européen des Affaires sociales de Peter von Stahl et le cabinet de la ministre européenne de l’Emploi, Kaija  Hyytiäinen.

 

V.H.

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here