Une baisse spectaculaire des coûts de fonctionnement de l’Europe

0
598

Le professeur Tournesol Beulemans a été invité au Parlement européen pour qu’il expose ses travaux sur le coût de la non-Europe, sujet qui lui a valu le Prix Nobel d’économie. TB a une fois de plus surpris tout le monde en dénonçant devant les 766 députés le coût exorbitant de certaines dépenses actuelles qu’il juge évitables et en rappelant les élus à leur devoir d’exemplarité.

« Le siège de l’Europe devrait être unique et je me sentirais honteux d’approfondir avec vous la question du coût de la non-Europe si celle du siège du Parlement européen et des coûts qui lui sont associés, n’était pas préalablement résolue. » C’est en ces termes que le célèbre économiste Tournesol Beulemans, ouvrit son exposé. « La période de crise actuelle, a-t-il martelé, doit nous imposer une solution exemplaire car les coûts des déplacements mensuels des élus et fonctionnaires vers Strasbourg se chiffrent à 91,5 millions d’euros par an ».

Tournesol Beulemans
Tournesol Beulemans

Il faut dire que ce débat revient très régulièrement dans l’actualité depuis 2011, depuis qu’une fronde s’est constituée parmi les députés européens pour regrouper logiquement toutes les activités du Parlement à Bruxelles. A l’heure actuelle, Bruxelles, accueille déjà trois institutions européennes (la Commission, le Conseil et une partie du Parlement – commissions et sessions supplémentaires) ainsi que le Comité Economique et Social et le Comité des Régions.  L’adoption du siège unique signifie de facto l’abandon du site de Strasbourg, défini comme siège du Parlement par les traités européens fondateurs, mais aussi l’abandon de Luxembourg, le lieu de travail du secrétariat général.

Des rapports, des pétitions, puis un vote en séance plénière survenu le 19 novembre 2013, sur le rapport des députés Fox et Häfner en faveur du siège unique à Bruxelles, jalonnent l’histoire de ce dossier particulièrement complexe.

Rappelons que le siège du Parlement européen a été attribué à Strasbourg pour symboliser la réunification franco-allemande mais ses activités sont actuellement partagées entre plusieurs villes : Strasbourg (sessions plénières), Bruxelles (groupes de travail) et Luxembourg (Secrétariat).

TB a plaidé avec force pour démontrer qu’un siège unique serait beaucoup plus efficace, plus rationnel, plus économique et plus respectueux de l’environnement, la dispersion géographique coûtant en effet chaque année près de 100 millions d’euros, soit environ 10 % du budget annuel du Parlement européen, et engendrant l’émission de 19.000 tonnes de CO2.

En regardant les députés dans les yeux, TB a rappelé qu’une Europe irréprochable, c’est non seulement une Europe qui utilise intelligemment les deniers publics pour financer des projets d’avenir mais aussi une Europe qui montre l’exemple.

A la suite de cette communication digne et imposante, rapportée par tous les médias, les deux Chambres de la jeune Fédération européenne ont décidé de fixer définitivement la localisation du siège du Parlement européen à Bruxelles et de l’inscrire dans la Constitution, puisqu’elles sont, rappelons-le, déclarées constituantes pour cette législature. Une décision qui honore la Fédération des Etats-Unis d’Europe et l’ensemble de ses élus.

 

J.C.

 

Lire aussi:

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here