Agenda citoyen pour notre Europe

0
560

Après une durée de vie limitée à la campagne électorale de 2014, Le Nouvel Européen revient sévir sur le Net. Média d’anticipation, il vous raconte ce que serait l’Europe telle que nous la concevons. Vous redécouvrirez notre société à l’aune de ce qu’elle pourrait être si, derrière les belles déclarations d’intention, l’Europe mettait réellement en œuvre les principes qui la fondent et nous constituent tous un peu, quelles que soient nos convictions philosophiques, religieuses, ou politiques.

Une Europe solidaire, entrepreneuriale, créatrice de richesses susceptibles de sécuriser notre système de sécurité sociale, une Europe imaginative, dynamique, fière de sa diversité, en dialogue avec le reste du monde pour y faire entendre sa voix et avoir une emprise réelle sur les événements politiques, financiers, économiques et culturels marquant notre monde. Une Europe généreuse, soucieuse du bien-être de ses citoyens, au service de leur émancipation et de la qualité de la vie collective. Une Europe œuvrant aux intérêts de sa population, gouvernée par des institutions transparentes et démocratiques, dont les élus, les majorités, les représentants mandatés sont comptables de leurs décisions politiques sanctionnées par la consultation électorale. Une Europe innervée par la vitalité de la démocratie participative, dans laquelle le citoyen responsable est entendu et prend part au débat politique.

Une Europe gouvernable, capable d’appliquer des décisions rapides en phase avec les évolutions internationales fulgurantes de notre époque, qui prend la mesure des bouleversements qui agitent nos sociétés et n’a pas peur de se donner les moyens nécessaires pour y répondre et d’assumer ses choix. Une Europe qui ne laisse personne au bord de la route, qui promeut l’éducation, l’égalité des chances et met tout en œuvre pour rétablir l’ascension sociale dans une région désenchantée, qui ne croit plus au progrès. Une Europe qui fait confiance à la société civile, à ses acteurs économiques, à ses opérateurs sociaux, à ses scientifiques, à ses intellectuels et ses artistes, où tout le monde a sa place. Une Europe de la paix, qui rayonne dans le monde en parlant d’une même voix, par-delà le respect profond qu’elle porte à toutes les sensibilités qui en composent la richesse. En un mot, une Europe fédérale.

A travers nos articles, nous vous ferons partager notre passion pour cette autre Europe, cette Europe qui se donne les moyens d’assumer la complexité du monde globalisé dans lequel nous vivons, seule voie réaliste pour permettre aux pays qui la constituent de continuer à prospérer. Car contrairement aux thèses douteuses soutenues par les populismes de gauche comme de droite, le repli sur soi, le retour à une situation antérieure à l’Union nous plongerait dans une crise sans précédent, aucun pays européen n’ayant à lui seul les moyens de concurrencer les grandes puissances économiques comme la Chine, l’Inde, le Brésil ou les Etats-Unis. L’Europe est une chance extraordinaire car elle nous offre la possibilité de faire mécaniquement baisser par leur mutualisation la somme des dettes nationales cumulées et de réaliser des économies annuelles de 1.000 milliards d’euros en mutualisant nos dépenses et nos politiques (par exemple une armée, une diplomatie, au lieu de 28)[1]. Bien entendu, ces économies permettraient de relancer la croissance, de financer la sécurité sociale, de consolider de grands pôles industriels ou de services, d’investir massivement dans la recherche, le développement, l’enseignement, l’énergie verte, afin de retrouver le chemin de l’emploi et de la consommation – donc de revaloriser notre qualité de vie. Mais l’essentiel est ailleurs. Car cette Europe fédérale deviendra avant tout un espace où il fera à nouveau bon vivre, dans lequel les Européens se reconnaîtront et retrouveront des raisons d’espérer. Cette Europe sera celle qui ouvrira les bras aux citoyens et à leurs projets de vie. Cette Europe sera celle de l’ambition économique et de la conscience sociale, celle de la conformité à nos valeurs, à une certaine élévation de la représentation que l’homme se fait de lui-même. Cette Europe sera celle de la Raison mais aussi celle de l’inspiration et de la compassion.

Grâce son réseau de rédacteurs engagés reflétant la diversité professionnelle (littéraire, artistique, entrepreneuriale, etc.) et intergénérationnelle (des étudiants aux retraités) de la société, Le Nouvel Européen est un e-magazine fait par le citoyen pour le citoyen. Il relaie l’actualité et la traite à sa façon : par des récits de fiction qui ne sont pourtant pas irréalistes. En effet, vous trouverez sur le site de Stand Up for Europe, mouvement dont nous sommes l’émanation, des dossiers, des analyses, des études qui vous expliqueront de manière simple, mais précise et argumentée, comment cette Europe peut voir le jour et pourquoi, loin d’être une utopie lointaine, elle est une solution réaliste et à portée de main. Il suffit pour cela d’un peu de courage et de lucidité politiques. Le Nouvel Européen proposera également des dossiers thématiques en rapport avec les grands événements internationaux qui touchent plus particulièrement l’Europe. Pour cette première édition, nous avons choisi de traiter d’une problématique qui est au cœur de notre combat pour l’Europe. Ainsi, depuis l’été, les questions migratoires n’ont cessé de retenir l’attention de tous, des médias, des politiques, des associations, des entreprises et, bien sûr, des citoyens. A travers plusieurs articles de fiction, nous évoquerons de nombreux aspects de cette question cruciale, du drame humanitaire de ces populations à la passivité du monde politique, du devoir d’accueillir les personnes persécutées à la nécessité de réguler leur flux, de leur apport à notre vie commune au besoin économique d’une politique d’immigration dépassionnée, des fantasmes xénophobes comme des dangers potentiels qu’elle véhicule. Sans tabou, sans langue de bois, mais surtout sans populisme ni démagogie. Car il n’est pire ennemi de la démocratie citoyenne que celle qui se fonde sur les peurs, Le Nouvel Européen s’emploiera à redonner à la fonction politique ses lettres de noblesse, sur un terrain qu’elle n’aurait jamais dû quitter : le corps social, la société civile, le maillage citoyen. C’est la seule raison d’être, la seule légitimité sur laquelle nous souhaitons voir reposer l’Europe fédérale que nous appelons de nos vœux.

Olivier Boruchowitch, Rédacteur en chef  

Crédit image : Ben Heine

 

[1] Sources : Rapport du Parlement européen : Évaluer le coût de la non-Europe 2014 -2019

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here