Tournesol Beulemans retrace l’histoire des migrations et explique pourquoi elles sont nécessaires et bénéfiques pour l’Europe

0
517

Le professeur Tounesol Beulemans (TB pour ses étudiants) , conseiller spécial du président de la Fédération européenne, fort de son autorité auprès de la communauté scientifique, chéri par le monde de la jeunesse  et très écouté par la société civile a décidé de sillonner le territoire européen pour expliquer sur le terrain en quoi les migrations sont à la fois inéluctables, nécessaires et bénéfiques pour tous les Etats de l’Union et pourquoi la fédération européenne doit continuer à parler d’une seule voix pour la mise en oeuvre d’une politique migratoire européenne qui soit globale, intégrée, cohérente et soucieuse d’un équilibre entre le droit de circulation et le droit à la sécurité.
En termes simples et avec beaucoup de pédagogie , TB nous montre d’abord qu’une migration humaine est un phénomène aussi ancien que l’humanité; les statistiques officielles évaluent à 220 millions le nombre de migrants  internationaux de nos jours (soit 3% de la population mondiale) avec une augmentation annuelle de l’ordre de 2%.
TB ne cesse de marteler auprès de ses auditoires que les bénéfices économiques, sociaux et culturels des  migrants apportés aux pays d’accueil sont très supérieurs au coût économique d’intégration cumulé àla quantité d’aides financières apportées par les pays dits « riches » aux pays plus pauvres.
Il ne sert à rien selon TB  de songer à constituer une forteresse Europe car tous les démographes considèrent que les migrations seront une importante variable d’ajustement d’ici 2050, échéance à laquelle 2 ou 3 milliards d’individus supplémentaires sont attendus sur la planète, alors que les effets des modifications climatiques se feront par ailleurs fortement ressentir et que certaines zones ne pourront plus nourrir une population supplémentaire.
La question des flux migatoires sera donc au coeur de l’activité politique durant les prochaines décennies et il faut plus que jamais s’y préparer, déclare avec force le professeur TB pour qui  la gestion des flux migartoires ne peut se passer ni d’une coopération internationale intense ni d’un fort esprit de solidarité entre pays.
Il est clair que nous allons connaître un afflux massif de réfugiés sans qu’il ne faille diffuser des discours alarmistes car de tous temps  les personnes en fuite ont été accueillies dans les différents pays européens.
Dès lors le message assimilant les migrants à une  «lame», un «tsunami»  contribue à déshumaniser les personnes: en les réduisant à des intrus menaçants, il devient alors beaucoup plus aisé d’exiger le renforcement d’une politique répressive qui nie leur besoin de protection.

Une telle stratégie, pratiquée depuis des années par les Etats européens sous couvert de «sécurisation des frontières» ou de «lutte contre l’immigration irrégulière», s’est à chaque fois avérée coûteuse, inefficace, et humainement inacceptable.

TB se plait à rappeler les propos d’un visionnaire, Jacques Attali qui disait :  « Ces gens-là vont faire de l’Europe, la première puissance du monde. car ce qui se passe avec les migrants devrait entraîner la construction d’une Europe plus intégrée, plus puissante; leur arrivée est une incroyable chance car cela transforme la démographie européenne.
Il faut passer dit J Attali à » l’altruisme intéressé ». Notre croissance dépend d’eux.

Les pays en fort développement ne sont pas ceux qui refusent l’immigration, mais ceux qui réussissent l’intégration et en favorisent le premier vecteur, l’accès au travail.
Les réfugiés doivent être reçus comme un atout pour l’Europe et non comme une charge
C’est notre intérêt aussi de les aider beaucoup plus chez eux pour qu’ils n’aient pas intérêt à venir chez nous. » (sic)
Mais au-delà de ce que déclarait avec pragmatisme J Attali, placide et détaché dans son diagnostic, le professeur TB y ajoute une dimension profondément humaine absolument fondamentale , véritable clef de succès selon lui de l’intégration, à savoir l’attitude des individus et des peuples beaucoup plus que les décisions du politique et des Etats car seules les personnes rendent possibles les interractions.
IL faut tout faire, déclare TB, pour  pour que les individus ne soient pas effrayés par l’humanité de l’autre.
Et tout naturellement nous dit TB  les gens deviendront alors acteurs spontanés de la rencontre vers l’autre avec cette fantastique aptitude à communiquer et à partager traditions, culture et valeurs.
Quand cette interraction et ce mélange de pâte humaine existent et peuvent se déployer, tout devient possible selon TB et le rôle des Etats et de la Fédération est beaucoup plus aisé pour encourager les échanges et les interractions des peuples.
Voilà pourquoi selon notre sage professeur Tournesol Beulemans, les migrations sont nécessaires et bénéfiques pour l’Europe.
Très impressionné par ce plaidoyer et ce langage de vérité, John Forsythe, président de la fédération européenne, a décidé de nommer TB « Envoyé spécial pour la défense de la politique migratoire européenne »

 

Hubert Heine

 

We will do it !

  

Crédit photo: Ben Heine

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here