Le fédéralisme européen au service des citoyens passe par le sport

0
382

“Le Nouvel Européen. Discover what Europe could be”

John Forsythe, président de la jeune Fédération européenne, affiche sans discontinuer une foi inébranlable dans l’européanisation de la symbolique sportive car comme beaucoup, il est convaincu que l’on peut créer un monde meilleur avec et par le sport.
Aidé par son jeune et dynamique ministre des sports, Luis Alcindo Ronaldo, fils du légendaire joueur de football, Cristiano Ronaldo, le président Forsythe milite résolument  pour renforcer l’attachement des citoyens à leur destinée commune à travers les valeurs du sport.
Il entend que la Fédération européenne fasse sienne le message du Mouvement olympique  qui « a pour but de contribuer à bâtir un monde pacifique et meilleur en éduquant la jeunesse par le moyen du sport pratiqué sans discrimination d’aucune sorte et dans l’esprit olympique qui exige la compréhension mutuelle, l’esprit d’amitié, la solidarité et le fair-play. ».

Dans ce contexte, notre président a décidé d’œuvrer à la mise en place effective d’une équipe européenne dans le cadre des jeux olympiques de Bruxelles en 2028 en faisant de l’Europe le continent à part entière du sport.

 

Nous avons besoin de symboles forts », la constitution d’une délégation européenne unique       

       aux Jeux olympiques est un objectif tout à fait réalisable 

 

Fort de deux événements phare passés, à savoir les premiers  jeux européens, compétitions multisports inspirées des Jeux Asiatiques et des Jeux Panaméricains,  qui se sont déroulés avec succès en juin 2015 à Bakou à l’initiative du comité olympique européen et d’autre part du fantastique épisode du  5 août 2016 au stade Maracaña lors des jeux olympiques de Rio de Janeiro où une première équipe d’Europe dans la discipline de l’escrime a  défilé  derrière la bannière bleue étoilée d’or, le dynamique président Forsythe et tout son exécutif européen ne ménagent pas leurs efforts pour créer un nouvel imaginaire européen au travers d’une équipe olympique européenne, toutes disciplines confondues,  avec pour devise « Europe, Unie dans la diversité ».

L’objectif concret est de pouvoir afficher pour les jeux olympiques de Bruxelles une délégation record de 2.222 athlètes à sélectionner au terme d’une harmonisation du système de qualification pour ces JO.

Pour atteindre cet objectif ambitieux et conscient que l’identité européenne dans le sport est devenue une priorité, il a été décidé dans un premier temps de constituer une équipe européenne unique lors des grandes compétitions sportives internationales annuelles  telles que la Chine contre l’Europe en Badminton, l’Europe face aux Etats-Unis en basket-ball,  l’Europe versus le Brésil en football.

« Nous avons besoin de symboles forts »,  c’est ce que le président rappelle systématiquement au Parlement européen.

En travaillant d’arrache-pied sur le sujet, il s’avère que, tant en termes techniques que juridiques, la constitution d’une délégation européenne unique aux Jeux olympiques est un objectif tout à fait réalisable. Il suffit de la faire reposer sur la volonté politique des différents États membres et l’adhésion des citoyens.

Seuls quelques amendements de la Charte olympique permettront à une organisation internationale d’être représentée à la place de ses États membres et de générer des économies très significatives.

Une équipe européenne unique permettra d’exploiter utilement les performances des différents pays européens, mais au bénéfice d’une seule équipe : les États membres pourront se « partager » les différentes épreuves, les différents États s’accordant sur des disciplines qu’ils seront prêts à « transférer » à la délégation unique au regard de leurs résultats respectifs reconnus dans chaque discipline.

La Fédération européenne, consciente de l’importance des symboles forts, compte bien faire retentir « L’’Ode à la joie » pour honorer le premier médaillé de l’Union européenne en démontrant que ce projet n’a rien d’une utopie  mais qu’il créera en revanche une cohésion renforcée au sein de l’Europe.

Le sport constitue assurément un formidable moyen de coopération entre les nations et les nouvelles instances fédérales européennes soutenues par la société civile.

Comme la cité dans les jeux olympiques antiques, l’Europe cette fois va se sentir transportée par la victoire de ses athlètes.

 

            Le premier médaillé d’or de l’Union européenne… c’est pour très  bientôt !

Hubert Heine

We will do it!

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here