L’énergie au centre de la construction européenne

0
134
Want create site? Find Free WordPress Themes and plugins.

« Le Nouvel Européen.

Discover what Europe could be »

« Dites, si c’était vrai »

Réviser la politique énergétique européenne pour rompre avec le court-termisme et le repli sur soi

Après une année sabbatique passée dans les steppes de Mongolie, le professeur Tournesol Beulemans (« TB » pour ses étudiants), ce grand savant primé pour ses travaux sur « le coût de la non Europe », a décidé de revenir au pays pour apporter une contribution significative à sa chère Europe fédérale en faisant des propositions novatrices pour créer une Union de l’énergie qui soit un nouveau pilier de la solidarité de la Fédération européenne.

Invité après sa longue absence à la tribune du Parlement européen, TB a convaincu les deux chambres de l’institution de mettre en œuvre un véritable marché européen de l’énergie qui soit à la fois intégré, unifié, interconnecté et sécurisé.

TB a bien compris les enjeux qui se profilent en Europe en matière d’infrastructures énergétiques, tant au niveau de la production, du transport que de la distribution. Ces infrastructures, espaces d’intérêt commun à haute visibilité, représentent en effet un extraordinaire levier de croissance et de compétitivité.

Un marché de l’énergie unifié et interconnecté favorise l’intégration des capacités de production de renouvelables.

Avec son bon sens légendaire, TB a exprimé haut et fort qu’il était dans l’intérêt de tous, de mettre fin aux 28 marchés fragmentés, de mettre en commun nos ressources, de mutualiser nos infrastructures, de diversifier nos sources d’énergie, de réduire notre dépendance énergétique à l’égard de l’extérieur, de renforcer la part des énergies renouvelables, de lutter contre le réchauffement climatique dont l’Europe a été le porte-voix dans le cadre de la conférence des Nations unies sur les changement climatiques (COP 21) en décembre 2015, et de parler en toutes circonstances d’une seule voix.

Les chiffres avancés par TB ont fortement ébranlé l’assemblée : l’UE importe plus de la moitié de ses besoins d’énergie (gaz et pétrole) pour un coût de 400 Mia euros/an, 90% de son parc de logements ne respecte pas les normes d’efficacité énergétique et 94% de ses moyens de transport dépendent des produits du pétrole.

La promotion de l’Union de l’énergie annonciatrice d’une percée décisive de la Fédération européenne

Il est clair que l’Union de l’énergie constitue une réponse politique et économique à cet état de dépendance et la sécurité d’approvisionnement impose tout naturellement de diversifier les sources, les fournisseurs et les routes d’approvisionnement.

TB considère que la nouvelle politique commune (le mot est enfin accepté!) de l’énergie à l’échelle européenne est le plus grand projet depuis la communauté du charbon et de l’acier (CECA) qui a contribué avec succès à l’édification européenne.

Pour obtenir l’adhésion du Parlement européen, notre éminent professeur a démontré qu’il ne fallait même pas modifier les traités existants : en passant au peigne fin l’ensemble des protocoles, conventions et traités européens, TB a constaté que  L’article L 194 du traité de Lisbonne trace déjà la voie à une intervention immédiate de la Fédération pour aller bien-delà des espaces de coopération traditionnels et déclarer le basculement officiel vers une politique énergétique européenne commune totalement intégrée qui pourrait bénéficier d’un plan massif d’investissements.

Grâce à une nouvelle technique d’exploitation du gaz de schiste, respectueuse de l’environnement, l’Europe relance sa politique énergétique commune et prend le leadership international en matière d’innovation industrielle.

Dans ce contexte et c’est sans doute l’élément clé qui a emporté l’adhésion, TB a démontré qu’il y a avait moyen de réconcilier gaz de schiste et écologie.
Fort de ses recherches dont le bien-fondé vient d’être reconnu par la communauté scientifique internationale, TB a révélé une nouvelle méthode d’extraction et d’exploitation industrielle à grande échelle du gaz de schiste totalement respectueuse de l’environnement.

Cette technique  du NPF (« stimulation en propane non inflammable ») propre, rentable et viable se révèle une alternative potentielle à la très controversée fracturation hydraulique et permet  de mettre en œuvre une technologie à l’échelle de la Fédération qui contribuera à une relance forte de la croissance économique avec des retombées positives pour l’emploi.

L’Europe a décidé d’autoriser l’exploitation du gaz de schiste grâce à cette technique innovante et prometteuse.

Une fois de plus,  le génie européen a fonctionné et nous remercions le professeur TB de ses efforts inlassables pour la cause de la Fédération européenne.

 

Hubert Heine 

 

We will do it!

Ces infos ne sont pas encore d’actualité.

DOMMAGE.

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here