Un traité mondial de coopération à l’initiative de l’Union européenne

0
618

« Le Nouvel Européen.

Discover what Europe could be »

« Dites, si c’était vrai »

 

L’Europe dit non au TTIP mais lance un partenariat à l’échelle mondiale   

Le traité  d’accord transatlantique visant à abolir les barrières commerciales et réglementaires entre L’Europe et les Etats-Unis vient de trouver son épilogue avec le rejet définitif des Autorités européennes sous l’effet d’une mobilisation citoyenne massive et après que  les discussions et négociations aient été maintes fois remises en question, suspendues, postposées puis arrêtées.

A l’initiative du président de la jeune fédération européenne, John Forsythe, et avec l’accord du Parlement européen, il a été décidé de mettre fin aux négociations compte tenu des divergences substantielles des parties.

Au-delà des intérêts européens menacés, le TTIP interroge sur la société que nous voulons. a déclaré le président de la fédération européenne en citant  les propos de Pierre Defraigne , un visionnaire de  son époque   « l Europe n’est pas qu’un grand marché, nous portons aussi une promesse de préservation et de progrès de l’humanisme européen » Et John Forsythe de clamer que ce traité renvoie à la question de savoir à quelle société nous aspirons. C’est la raison pour laquelle, l’Europe a décidé de sortir des négociations.

Mais dans le même temps l’exécutif européen fidèle à l’éthique politique et aux aspirations des citoyens européens a mis sur la table la proposition de création d’un traité mondial de coopération en matière d’aide au développement et  de philanthropie laquelle connait un engouement sans précédent auprès des bailleurs de fonds bilatéraux, des organisations de la société civile et de grandes fondations privées.

Pour mémoire l’Europe est de loin le plus grand pourvoyeur d’aide publique au développement au travers des dons transférés aux pays en voie de développement. L’idée de la fédération européenne est d’assumer le rôle de maître d’oeuvre pour cumuler l’ensemble des aides publiques et privées au travers d’un partenariat à l’échelle mondiale.

   L’émergence d’une scène philanthropique mondiale multipolaire

Nous assistons à un fantastique essor de l’action internationale des fondations philanthropiques et cette philanthropie émerge progressivement comme une nouvelle force globale de transformation sociale, proactive sur la scène mondiale. Ce nouvel acteur peut remplir à l’avenir un rôle de premier plan dans le paysage de l’aide au développement et jouer un rôle important dans le financement des biens publics mondiaux de l’humanité.

Parmi les nouveaux acteurs, se démarquent ceux que l’on appelle les méga-philanthropes, de riches hommes d’affaires qui ont fait fortune dans les technologies et les finances . Les médias se sont particulièrement intéressés à ce phénomène au point de créer une sorte de boum médiatique : jamais les enjeux de la pauvreté et du changement climatique n’ont reçu une telle attention. Les célébrités du monde du divertissement, des affaires  et de la politique – Bono, Barack Obama , Bill Gates, Warren Buffet, Zuckerberg, Georges Soros  et bien d’autres–ont suscité dans un passé récent un engouement pour les enjeux mondiaux.

Si la plupart des méga-philanthropes sont issus d’Europe et d’Amérique du Nord, les nouvelles fortunes font surgir des philanthropes partout dans le monde. La philanthropie mondiale donne ainsi lieu à de nouvelles tendances majeures auxquelles la fédération européenne est extrêmement attentive : la croissance des sommes versées par les diasporas vivant en Europe et en Amérique du Nord; la croissance des institutions philanthropiques dans le Sud; le développement de la philanthropie électronique; et l’émergence d’un public mondial.

Des partenariats inédits sous leadership de l’Union Européenne

Au vu de ce phénomène de grande ampleur, les instances européennes ont décidé de créer des partenariats inédits avec l’ensemble des fondations, organisations de la société civile et autres intervenants.

Trois  partenariats viennent d’être scellés entre l’Union européenne et la Fondation Bill Gates,  la Fondation Aga Kahn et la Fondation Rotary international. Ils constituent l’amorce d’une organisation à grande échelle avec une multitude d’acteurs de l’aide au développement qui ont manifesté un vif intérêt.

Encadrés par l’expertise des services de la Commission européenne , le plan d’action définit les secteurs prioritaires de collaboration. L’objectif est de démultiplier les moyens d’action de ces fondations par une collaboration opérationnelle sur tous les continents  dans  le secteur de la santé, de l’éducation, de l’agriculture, de l’énergie et des financements innovants.

                                            L ‘Europe, fer de lance sur la scène mondiale de la coopération au développement  

La fédération européenne s’est fixée pour objectif d’assurer un rôle de leadership en matière de coopération au développement en axant ses  interventions avec les fondations sur des partenariats public-privé qui visent des investissements à long terme fondés sur une vision d’avenir et qui veillent à bien correspondre aux capacités locales.

Dans ce contexte toutes les instances européennes impliquées  répondent concrètement à un triple défi auquel sont confrontées ces fondations à savoir: une demande accrue de transparence, les enjeux liés au thème de l’efficacité globale des performances et enfin le défi d’une meilleure  coordination  pour un  impact optimal des interventions.

Les partenariats entre l’UE et les  fondations seront aussi à coup sûr à l’origine de stratégies novatrices pour le renforcement de la démocratie dans les pays en développement.

Avec l’arrêt du TTIP, l’Europe a rebondi  pour retrouver l’ambition d’un destin propre. Le nouveau partenariat mondial dont elle veut être le moteur lui assure une nouvelle crédibilité sur la scène internationale.

 

Hubert Heine 

 

We will do it!

Ces infos ne sont pas encore d’actualité.

DOMMAGE.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here