Des légionnaires européens pour une Europe de la défense

0
476

 

« Le Nouvel Européen.

Discover what Europe could be »

« Dites, si c’était vrai »

 

Un projet audacieux et mobilisateur de création d’un corps d’élite de légionnaires européens: le projet « CLE » voit le jour.

En dépit des spectaculaires avancées de la jeune fédération européenne en ce qui concerne son architecture institutionnelle, il est une politique qui est restée complètement en rade: la défense commune de L’Union européenne est désespérément engluée et au point mort car toujours jalousement accaparée par les Etats membres qui en font leur pré carré.

Il faut dépasser les tergiversations permanentes et les égoïsmes nationaux

« L’Europe de la défense » est un serpent de mer qui refait surface au gré des interventions militaires.

Notre tenace et impétueux président a décidé d’en finir avec la dispersion des initiatives, les tergiversations, les interrogations, les atermoiements des politiques, des pays et des institutions. Cette situation fait bouillir le sang irlandais de John Forsythe, président de la fédération, et il n’est pas étonnant que ce dernier ait décidé de lancer une initiative inédite que l’histoire qualifiera plus tard « Opération légionnaires ». Face aux résistances permanentes notamment du couple franco-allemand auxquelles il doit faire face, John Forsythe ne veut plus attendre une définition par le haut de ce que serait une Europe de la défense, il faut selon lui être pragmatique et partir de ce qui peut être fait en termes de solidarités concrètes ancrées sur une base territoriale

Une nouvelle dynamique ancrée sur une base régionale

Dans ce contexte notre président farouchement déterminé, a entrepris des délibérations secrètes avec un certain nombre de pays déjà engagés dans des initiatives communes de mutualisation de leurs dépenses militaires et de lancement de programmes militaires conjoints au niveau régional et couvrant les territoires du Benelux, le triangle Višegrad, les pays baltes et la péninsule ibérique.

L’idée de John Forsythe est d’enclencher une nouvelle dynamique avec ces quatre sous-régions regroupant douze pays (Belgique, Pays-Bas, Luxembourg / Hongrie, Pologne, Tchéquie, Slovaquie / Estonie ,Lettonie, Lituanie / Espagne et Portugal ) en mettant en place une initiative tout-à-fait originale, et à haute valeur symbolique: la création du CLE, le corps des légionnaires européens, clé de la future politique européenne de défense.

La légion, modèle d’intégration

L’idée est de créer une légion étrangère européenne constituée prioritairement de ressortissants de chacun des 12 pays mais ouverte également aux nombreux migrants et réfugiés afin de constituer une force d’intervention de plus de 70 000 combattants. La mission principale du CLE, corps d’élite solidaire et uni, serait d’être affecté à des opérations extérieures de maintien de la paix dans les points chauds de la planète notamment à titre d’exemples  le littoral libyen, les camps de réfugiés syriens, l’Afrique etc… Afin de combattre le terrorisme.

Le credo de la légion serait: « Solidarité, Rapidité, Courage »

Pour rendre le projet directement opérationnel et assurer une autorité de tutelle légitime, le président Forsythte a eu la bonne idée de convenir avec le nouveau secrétaire général des Nations Unies (un européen vient d’être désigné à ce poste) que la légion européenne agirait temporairement sous l’égide de  l’ONU avec un quartier général militaire localisé à Bruxelles. Alors que le couple franco-allemand et d’autres pays fulminent et sont abasourdis par cette initiative prise sans leur accord, le projet connait un engouement populaire sans précédent.

Concrètement les douze pays européens qui ont adhéré avec enthousiasme au projet ont contribué à raison de 6000 recrues pour chacun, à constituer cette force d’intervention qui revêt désormais certains  attributs de la légion étrangère existante: le même uniforme, le même chant militaire, les mêmes tatouages, le même pas cadencé, la même barbe, le même drapeau européen et le même  képi blanc légendaire pour cette force de plus de 70 000 combattants.

Cette nouvelle force armée veut cimenter et créer un esprit de corps au sein de groupes d’hommes venus d’horizons différents en réhabilitant les valeurs européennes: la devise bien connue « Legio patria nostra » est désormais devenue « Europa patria nostra »

Quand la volonté populaire se transforme en volonté politique

A la demande du président de la fédération européenne, des détachements de plusieurs milliers d’hommes en provenance des différentes régions d’Europe ont décidé de converger vers les grandes capitales de l’Union. Sur toutes les routes d’Europe, on a vu défiler des colonnes entières de grand gaillards au képi blanc martelant le sol de leurs pas cadencé, les épaulettes de tradition vert et rouge et la grande ceinture bleue piquée désormais d’étoiles dorées; les pionniers défilant en tête des unités et portant les signes distinctifs bien connus,  la barbe, le tablier de cuir et la hache sur l’épaule.

Le chant « de marche » collectif soutient les énergies, affirme la cadence, fond les multiples timbres en un seul chant et donne à la superbe des troupes en mouvement, un prolongement sonore majestueux qui les valorise. A leur passage, les populations admiratives et enthousiastes entrent en liesse, débordent de joie, lancent de grandes réjouissances et apportent un soutien massif aux légionnaires européens.

Les légionnaires européens, avant-garde d’une véritable politique commune de la défense

Le pari du président Forsythe est réussi, la volonté populaire  va se transformer en volonté politique. Au moment où les troupes défilent sur les Champs-Elysées de Paris  et la Ku’damm de Berlin, le ralliement général et l’adhésion politique sont au rendez-vous: le « CLE » est adopté par les deux chambres de la fédération et unanimement salué par le Parlement européen et les parlements nationaux Les pays européens non encore membres y adhèrent avec enthousiasme. L’Europe parle de nouveau d’une seule voix, le sentier est tracé,  le corps des légionnaires européens (qui va s’avérer par ailleurs un moyen d’immigration privilégié) est désormais porté par la vague déferlante de toute la population européenne et augure d’une véritable Europe de la défense.

S.P.Q.R.

 

Hubert Heine

 

We will do it!

Ces infos ne sont pas encore d’actualité.

DOMMAGE.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here