Wallonie, l’Europe est fière de toi !

0
112
Want create site? Find Free WordPress Themes and plugins.

« Le Nouvel Européen.

Discover what Europe could be »

« Dites, si c’était vrai »

 

Qui, en Belgique, en 2016, aurait cru que la Wallonie mériterait un jour une telle marque de reconnaissance ? Personne, sans doute ! En effet, à l’époque, le Sud du pays y était considéré, régulièrement par le gouvernement fédéral et, très souvent, par la Région flamande, comme le mauvais élève de la classe en matière de politique ainsi qu’en gestion économique et sociale, comme l’enfant pas mûr, capricieux, paresseux, malhonnête, corrompu, profiteur vivant aux crochets des autres membres de sa famille. Critique autrefois justifiée, mais trop vite devenue une caricature aux défauts exagérés à outrance. Et pourtant, aujourd’hui, en 2026, le titre de cet article est une réalité incontestée dans toute l’Europe. Comment expliquer une telle évolution ? Voici quelques éléments de réponse.

La Wallonie, une petite pièce du puzzle belge

                Il faut dire que la complexité institutionnelle de la Belgique favorise cette vision réductrice : un État fédéral avec son gouvernement et son parlement ; deux communautés linguistiques et quatre régions – dont une bilingue – dotées, elles aussi, de gouvernement et de parlement ; un nombre extravagant d’élus et de ministres pour un petit pays d’environ 11.000.000 d’habitants… Des coalitions dissemblables au pouvoir dans les différentes assemblées, ne parvenant pas à collaborer efficacement ; des compétences progressivement morcelées, sans grande cohérence, entre le fédéral et les autres institutions ; une autonomie de plus en plus large, exigée et obtenue par les « Flamands » pour satisfaire leur appétit vorace en cette matière… Un petit pays disloqué institutionnellement, une complexité très difficile à vivre en son sein, incompréhensible à l’extérieur, des rivalités internes, des ambitions politiques personnelles démesurées… Voilà le portrait que la Belgique donne d’elle-même au regard de l’Europe. Que dire alors de l’image de la Wallonie dont certains politiciens véreux semblent plus intéressés par leurs intérêts locaux que par la reconstruction de leur région après la mort de ses anciennes ressources industrielles et le tarissement de ses sources de richesse.

La Wallonie courageuse

                Et pourtant, en octobre 2016, tout bascule, l’Europe commence à regarder la Wallonie autrement ! En effet, les parlements et gouvernements de la Région Wallonne et de Communauté Wallonie-Bruxelles refusent de donner leur accord au  gouvernement fédéral pour que celui-ci signe le traité CETA entre la Communauté européenne et le Canada. Décision nette, motivée, prise à une forte majorité des élus, au grand étonnement du fédéral en Belgique, des autres États européens et du Canada ; étonnement, puis indignation et, enfin, fureur. Comment une petite portion d’un petit pays, jusqu’à présent négligeable au niveau européen, peut-elle, ose-t-elle défier, remettre en question, bloquer un traité international qui, selon les partisans d’une mondialisation sans limites du marché, va apporter un plus et un mieux à la population de notre continent ? Outre que la véracité de cet avis ne fait pas l’unanimité, la question posée l’est par « la vertu offensée européenne », qui oublie qu’elle s’est déjà prostituée à plusieurs reprises dans le passé.

La Wallonie logique, honnête, démocratique

                Comment reprocher aux élus francophones et wallons de Belgique d’exercer démocratiquement leur mandat et de respecter les positions du peuple qu’ils représentent ? Préférerait-on que l’on piétine dédaigneusement leur avis comme l’a fait la France en adoptant le Traité de Maastricht alors qu’une majorité de Français l’avaient rejeté ? Absurde et peu digne d’une Europe vraiment démocratique !

                Comment reprocher aux parlements et gouvernements régionaux de bloquer un traité – momentanément – en émettant des réserves sur certains de ses articles, après l’avoir longuement épluché, de façon impartiale et objective, après en avoir évalué les impacts négatifs sur la vie des gens ? Absurde et de mauvaise foi !

                Comment reprocher aux élus francophones et wallons de défendre les intérêts de leur population, en matière d’agriculture, de technologie, de commerce, de santé ? Absurde et de mauvaise foi ! D’autant plus que c’est ce que l’Europe tolérait de la Grande-Bretagne qui le faisait systématiquement et le tolère encore lorsque le font d’autres pays comme l’Allemagne et la France?  Pourquoi vilipender le petit pour ce que l’on accepte des grands ? Un peu de sérieux et de cohérence !

                 Après avoir exigé et obtenu du gouvernement fédéral belge le transfert de plus en plus de compétences et d’autonomie aux régions et communautés, comment La Flandre ose-t-elle reprocher aux Francophones et aux Wallons d’utiliser démocratiquement les nouveaux pouvoirs qui leur ont été confiés ? Absurde et de mauvaise foi !

Le CETA reporté d’un an

                Malgré les condamnations verbales, les pressions multiples, les menaces ouvertes, les « punitions » sournoises, les Wallons et Francophones de Belgique n’ont pas cédé et ont empêché la signature du CETA dans le timing que l’Europe et le Canada voulaient lui imposer. Champagne, toasts au caviar, pâté de saumon parfumé au sirop d’érable, discours autosatisfaits des politiques, babines pourléchées anticipativement par ceux qui pensaient tirer un maximum de profits de ce traité… tout a été postposé d’un an.

                Que s’est-il passé ? Rappelons-nous un événement décisif dans la vie européenne après le Brexit : la révolte des jeunes qui, en formant un parti politique unique dans toute l’Europe, le NEUW – New Europe United Wint –  ont réussi à amener, massivement et dans tous les pays, une nouvelle classe politique à la direction de notre continent. Ils ont, de ce fait, permis de remettre en cause des décisions auparavant prises, souvent dans l’opacité la plus totale, sous la pression de lobbies puissants et orientées par des conflits d’intérêts larvés. Si bien que ce nouvel esprit européen a postposé d’un an l’adoption du CETA !

                Pendant cette année, les dirigeants européens, canadiens,  belges, wallons, francophones et de tous les États et régions concernés par ce projet se sont revus ; et il est apparu rapidement que l’accord soi-disant unanime défendu par les anciens dirigeants ne l’était pas et que de nombreuses questions posées par les Wallons et les francophones belges faisaient également l’objet de préoccupations dans d’autres régions de l’Europe… et du Canada, notamment au Québec !

                Si bien que, au  fil de très nombreuses réunions et dans la plus grande clarté, des échanges respectueux ont permis d’affiner le projet, de mieux comprendre et défendre les spécificités économiques et sociales des différents pays et régions ;  et, surtout, de limiter, en les encadrant strictement, les probables recours juridiques abusifs des multinationales contre les États signataires du traité.

                Au terme de cette année fructueuse, un référendum a été organisé, le même jour, dans les différents États unitaires et dans les différentes régions de l’Europe (et provinces du Canada). Un traité exprimé dans des termes identiques partout, avec, dans chaque pays et région, les réponses précises et positives apportées par le traité aux questions et objections posées au cours des tractations.

                Le résultat : le CETA nouvelle version est accepté à l’unanimité partout en Europe et au Canada. Étonnant ? Non ! Car, contrairement à ce que proclament certains, le peuple a toujours raison s’il est informé avec justesse, formé avec patience et considéré comme un adulte responsable de ses choix et décisions.

La Wallonie relance la démocratie européenne

                Désormais, l’on constate, en Belgique et partout en Europe que les citoyens se  sont emparés de la chose politique ; ils ont convaincu tous leurs représentants qu’ils sont capables de comprendre les matières qui les concernent et de se déterminer à leur propos. Aujourd’hui, les élus tiennent vraiment compte des personnes qui les ont choisis et visent uniquement la concrétisation des aspirations lucides et légitimes de leurs électeurs.

                Depuis, les grands traités commerciaux internationaux, notamment le TTIP, sont discutés, analysés ouvertement, en réunissant autour de la table non seulement les initiés, les experts mais aussi les nouveaux représentants de tous les États et régions concernés, totalement associés aux échanges et tractations. Aujourd’hui, ces accords font l’objet d’une attention soutenue des citoyens qui les considèrent avec un regard positif, tranchant avec la méfiance, voire le rejet, dont ils les gratifiaient auparavant.

                L’Europe n’est plus seulement celle des états membres (28, 27, 24 ?) mais aussi celle de toutes les régions qui, se sentant impliquées dans le projet européen, ne se referment plus sur elles-mêmes en un repli identitaire égoïste et malsain ; au contraire, elles apportent à notre continent, par leurs spécificités, leurs particularités, leurs visions différentes des choses, une réelle plus value, culturelle, philosophique, politique, économique… dans le respect et le partage.

                Au fil des années, la Wallonie « effrontée » est devenue, sinon un modèle, du moins le symbole d’une Europe où la démocratie n’est pas un mot creux mais une réalité vécue, où la politique n’est pas réservée aux seuls dirigeants mais cogérée par les peuples au travers des assemblées qui les représentent. C’est l’hommage que lui rendent aujourd’hui tous les membres de la Communauté Européenne et, surtout, tous les citoyens de notre continent, quand ils disent : «  Wallonie, l’Europe est fière de toi ! »

                Dites, si c’était vrai !

    Bruno Heureux.

  Poète-chansonnier

  Membre du comité de soutien de Stand Up For Europe.

We will do it!

Ces infos ne sont pas encore d’actualité.

DOMMAGE.

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here